Responsables politiques et socio-économiques

Karima DELLI (2017)

Eurodéputée, Présidente de la Commission Transports au Parlement européen

"Une relance de ce projet est légitime en cohérence avec les Directives européennes."

Chantal EYMEOUD (2016)

Maire d'Embrun, 2e Vice-présidente de la Région en charge des entreprises,
de l'artisanat, de l'économie de montagne et la Culture

"C'est un magnifique projet et il faut absolument qu'il puisse aboutir pour notre économie de montagne. Grâce à ce débouché, la ligne ferroviaire des Alpes retrouverait du dynamisme. Le projet ferroviaire sous le Montgenèvre s'impose pour sécuriser la liaison avec l'Italie et le bassin de chalandise important pour l'économie touristique des Alpes du Sud."

Julien AUBERT (2016)

Député, Vice-président de la Région en charge des finances

"C'est un projet qui développe la connectivité européenne et qui a vocation à s'inscrire dans le RTET. C'est donc un projet stratégique pour la région, mais aussi pour les deux pays et l'Europe, chacun devra contribuer à son financement. Durant cette mandature, un des objectifs sera de mieux mobiliser les fonds européens et ce projet devra en bénéficier."

Eric CIOTTI (2015)

Député - Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes

"je partage l'intérêt d'une liaison voyageurs et fret par le tunnel du Montgenèvre, qui serait bénéfique pour la région et le Département des Alpes-Maritimes"

Jean-Yves PETIT (2012)

Vice président de La Région délégué à la mobilité

Le Conseil régional a voté une délibération en décembre 2011 dans le cadre de la révision du RTE-t (réseau transeuropéen de transports) demande que la liaison val de Durance / Turin / plaine du Pô soit intégrée dans le réseau européen.
L'élaboration du SRIT (schéma régional des infrastructures et des transports) sera l'occasion de conforter la position régionale

Ferruccio DARDANELLO (2010)

Président de l'Union des Chambres de Commerce d'Italie, Président de l'Union des Chambres de Commerce, Industrie, Artisanat et Agriculture du Piémont

Avec plus d'infrastructures on consoliderait un territoire historiquement uni, l'Eurorégion Alpes Méditerranée

" Une Région florissante en opportunités économiques, d'emploi et touristiques, mais qui doit absolument
résoudre au plus vite les difficultés d'un système d'infrastructures divisé. Et pour cela, il faut agir tous ensemble, pour le bien commun des entreprises du territoire afin de trouver une solution concernant la
faiblesse des infrastructures."

Jean-Claude GAUDIN (2009)

Député-Maire de Marseille Vice président du Sénat

Une nécessité stratégique pour toute la zone du grand Marseille
"L'absence d'infrastructures de communication entre Marseille, premier port de France et de Méditerranée, et la zone de Turin/Milan constitue un handicap majeur à une croissance économique de la deuxième métropole française et de son bassin d'activités."

Jean-Claude TERRIER (2009)

Président du directoire du Grand Port Maritime de Marseille

La liaison sous le Montgenèvre répond aux orientations du plan stratégique du Grand Port Maritime de Marseille
"Cette liaison vise l'Italie du Nord, une région riche de notre hinterland éloigné. Elle contribuera à diversifier les connexions qui sont aujourd'hui des liaisons de contournement via Vintimille ou par le Nord avec la ligne existante Lyon-Turin. Cette diversification permettra de réduire les distances de 200 km avec des temps de parcours d'autant plus réduits. "

Michel VAUZELLE (2009)

Député-Président de Région

Des retombées évidentes pour la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur et l'Arc méditeranéen
"Le tunnel du Montgenèvre constitue indiscutablement un formidable outil de désenclavement des départements alpins. Mais pas seulement : c'est l'ensemble de la Région Provence Alpes-Côte d'Azur qui en bénéficiera, cette infrastructure permettant de consolider le développement de l'arc méditerranéen. Le fait que nous ayons
depuis le début sur ce dossier le soutien de la présidente du Piémont, avec laquelle je suis allé le défendre
à Bruxelles, prouve que nous ne sommes pas isolés dans cette analyse."

Jean-Yves DUSSERRE (2009)

Président du Conseil Général des Hautes-Alpes

Un tunnel sous le Montgenèvre pour dynamiser l'économie des Hautes-Alpes
"Si notre département n'est pas doté à terme d'infrastructures performantes, son économie déjà fragile sera condamnée. Il ne pourra plus vivre en quasi autarcie tandis qu'autour de lui, les autres territoires sont interconnectés par le rail, l'autoroute ou par les transports aériens. Si les hautalpins sont des citoyens Français et Européens à part entière, il faut le leur prouver ! Oui, un tel projet est susceptible de dynamiser l'économie du département."

Alessandro BARBERIS (2010)

Président d'Eurochambres, Président de la Chambre de Commerce, Industrie, Artisanat et Agriculture de Turin

Les Alpes sont encore un obstacle au transport des passagers et du fret
"Ce tunnel rapprochera considérablement, en termes de gain de temps,Turin et Marseille, et par conséquent, les liaisons entre les deux territoires transfrontaliers, leurs entreprises et leurs populations, ne pourront qu'augmenter. Les Alpes représentent malheureusement encore un obstacle au transit des passagers et du fret. Au cours des trois dernières décennies le niveau de services des liaisons transfrontalières s'est dégradé."

Jacques BIANCHI (2010)

Président de la Chambre Régionale de Commerce et d'Industrie Provence-AlpesCôte-d'Azur-Corse

Compléter le réseau d'infrastructures sur l'arc méditerranéen
"Le Grand Sud-Est, plus que la plupart des autres espaces, a fondé son économie sur des échanges favorisés par sa géographie et rendus possibles par la construction progressive de réseaux de transport. Aujourd'hui, toujours plus sollicités par une demande accrue de mobilité des personnes et des marchandises, ces réseaux nécessitent d'être modernisés, adaptés, étendus. L'enjeu est à la fois économique et social, mais aussi sociétal."

Jacques PFISTER (2010)

Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille-Provence

Jouer collectif pour faire du tunnel sous le Montgenèvre une priorité
"Cette insuffisance des voies de communication entre nos régions doit être comblée demain par une liaison ferroviaire efficace et sûre afin de favoriser les échanges entre notre territoire, son port et l'Italie du Nord voire plus largement les marchés Nord et Est européens.
Donner une réalité économique à l'Arc méditerranéen et positionner Marseille-Provence au centre des échanges, passe par un axe ferroviaire Italie, France, Espagne optimisé et fiable."

Paolo ODONE (2010)

Président de la Chambre de Commerce, Industrie, Artisanat et Agriculture de Gênes

Pour un arc ferroviaire méditerranéen structuré
"Nous pensons également qu'il serait bon de faire une percée sous le Montgenèvre en complément du projet Lyon-Turin. Ces projets étant généralement très conséquents, les financements sont difficiles à réunir. Selon les dernières communications européennes doit être privilégiée une approche par « réseau prioritaire » (plus que par projet prioritaire), pour une planification européenne, offrant une réponse pragmatique en recherchant l'efficacité d'un réseau sur la base de tous les équipements existants. La priorité est l'offre de transport globale et non l'équipement."

Serge CLAUSSE (2010)

Président de la Chambre Régionale de Commerce et d'Industrie Languedoc-Roussillon

Favoriser l'émergence d'un grand corridor entre la péninsule ibérique et l'Italie du nord
"Les avantages d'une telle infrastructure sont nombreux. En premier lieu, cet axe contribuera à lutter efficacement contre la saturation du couloir rhodanien et de l'axe littoral au niveau du trafic des marchandises en proposant une alternative compétitive pour l'acheminement des grands courants d'échanges européens."